lundi 23 mai 2022

Interview : Jeanne l'alsacienne, un récit transgénérationnel, écrit par son arrière petite fille, Laure Mestre

Aucun commentaire :

Avez-vous déjà eu envie d'écrire sur vos ancêtres ? 

Cet appel de la plume, Laure Mestre l'a ressenti très fortement pour retracer l'histoire de son arrière grand-mère Jeanne. 

Aujourd'hui son livre "Jeanne L'alsacienne, récit transgénérationnel" vient de paraître et Laure nous fait le plaisir de partager avec nous cette expérience d'écriture très intéressante.


Bonjour Laure ! Avant de parler de Jeanne, quelques mots pour te présenter aux lecteurs ?

Bonjour Stéphanie !

Pas facile de se présenter en quelques mots quand on a déjà un passif de presque 6 décennies de vie ! Je suis née et j’ai grandi en région parisienne, puis j’ai passé mes 30 ans et quelques de vie familiale à bouger aux quatre coins de France, avec mari et enfants. 
Dans une « première vie », j’étais professeur d’économie en BTS de secrétariat, mais ça ne comblait pas ma soif de beau, de nature, d’histoire, de recherche, d’humanité… Bref, c’était un peu trop mono-tâche et pas assez tourné vers l’écoute des besoins d’harmonie, dans tous les sens du terme. 
Alors, j’ai fait une formation et monté en 2009 une agence de conseil en agencement (architecture intérieure) et décoration, « À tous les étages ». Depuis, j’aide mes concitoyens à aménager leur logement selon leurs besoins (et pas comme les magazines de déco disent qu’il faut le faire !). Et j’écris des articles de déco pour mon blog et pour des clients exigeants ! L’article de mon blog le plus important pour moi est « La déco pour les aveugles ».

 

Tu viens de publier ton livre, sur Jeanne L'alsacienne, une de tes ancêtres. Qui est-elle par rapport à toi ? Comment a germé l'idée d'écrire sur cette femme de ta famille ?

Depuis longtemps, je me demande pourquoi on ne parlait quasiment jamais, chez mes parents, des origines alsaciennes de ma mère. Pourtant, quand j’étais petite, on me disait parfois que je ressemblais à mon arrière-grand-mère Jeanne qui était la grand-mère maternelle de ma mère et qui était alsacienne. Après la mort de mes parents (2013 puis 2016), j’ai senti que c’était le moment d’apprendre à la connaître. 

C’était un besoin très fort, pas explicable mais vraiment fort. Il faut dire aussi que je souffre de fibromyalgie depuis de longues années et que je sentais qu’il y avait peut-être une cause ancienne et inconnue. Jeanne est morte en 1968 quand j’avais 3 ans. Je la voyais toutes les semaines et je ne m’en souviens pas du tout. 

Alors, par amour pour cette Jeanne que je ne connaissais pas, j’ai décidé d’enquêter en profitant de la chance d’avoir trouvé chez mes parents pas mal de documents (photos, croquis, lettres), tout en sachant que ce ne serait pas simple car je ne connaissais rien du tout à l’histoire d’Alsace.


 

Ton processus d'écriture sur ton ancêtre a suivi une approche bien particulière. Peux-tu nous l'expliquer ?

Alors là, je peux expliquer mon approche mais je ne peux pas expliquer pourquoi je l’ai choisie. Je n’en sais rien, c’est comme ça, une évidence ! 

Mais une évidence assez spéciale puisque j’ai décidé de commencer à écrire sans consulter le moindre document. Je me suis servie de moi comme d’une page blanche : je ne savais rien alors j’ai décidé d’écouter mon corps, mes sensations et mes émotions, avant de chercher quoi que ce soit de concret. Et là, surprise ! 

J’ai écrit 10 chapitres à partir de rien ! Juste des bribes de souvenirs qui remontaient à la surface quand je me mettais à l’écoute de moi-même et de mon entourage. Après cette première étape, j’ai écrit avec une documentation restreinte, celle que j’avais chez moi uniquement : lettres, photos, croquis, morceaux d’arbres généalogiques, vieux papiers de famille… 20 chapitres de plus ! 

Puis, enfin, j’ai commencé la véritable enquête en bonne et due forme, comme la font la plupart des généalogistes en herbe. J’ai cherché sur internet et je suis allée en Alsace, me crever les yeux à déchiffrer des archives par centaines…

 

Qu'est-ce qui t'as étonnée lors de l'écriture de ce livre ?

Je n’ai pas voulu du tout romancer le récit. Je n’ai donc fait que poser des hypothèses : imaginer ce qui avait pu se passer, exprimer mes doutes…et mettre des points d’interrogation partout ! 

Ce qui m’a fascinée c’est la quantité incroyable d’informations que j’ai fait émerger de moi-même et la concordance entre ce que j’ai supposé sans preuves et ce que j’ai trouvé plus tard dans la documentation. À vrai dire, il y a très peu d’erreurs. 

J’ai tenu à ne pas du tout modifier le texte de mes deux premières parties après avoir écrit la troisième, pour que mon témoignage soit le plus véridique possible. Il est donc facile de comparer les hypothèses du début du livre (mémoire corporelle) avec les preuves écrites étudiées ensuite (archives).



Pour toi un récit transgénérationnel c'est...

…Un récit sur plusieurs générations qui démontre à quel point des événements plus ou moins dramatiques peuvent être transmis à la descendance de façon consciente mais aussi de façon tout à fait inconsciente. 

Au début de mon récit, je pensais « remonter » l’arbre généalogique de moi jusqu’à Jeanne. Mais, très vite, j’ai compris que je ne pourrai pas connaître Jeanne sans connaître son histoire, donc ses parents, ses grands-parents et même ses arrière-grands-parents… J’ai ainsi « remonté » sept générations en suivant la lignée des femmes, jusqu’à l’arrière-grand-père de Jeanne, né pendant la Révolution française dans un village d’Alsace où il acheta une source d’eau minérale. Cet homme à forte personnalité semble avoir « empoisonné » toute sa descendance. 

L’essentiel de mon travail (découverte de plusieurs secrets de famille) montre par quels mécanismes le poison des fidélités familiales inconscientes s’est transmis, en causant nombre de « dommages collatéraux » (folie, suicides, maladies…). J’ai découvert la discipline de la psychogénéalogie en cours de rédaction et j’ai été surprise de constater que tous les liens que j’avais relevés entre les « personnages » de mon arbre généalogique correspondaient exactement à l’approche théorique de la psychogénéalogie mise en lumière par Anne Ancelin Schützenberger dans les années 1980.

 

A ce stade de la vie de ton livre, que retires-tu de cette expérience d'écriture et de partage de cette histoire plus largement ?

Chaque stade d’écriture a été générateur de découvertes et de rencontres incroyables ! J’ai rencontré des personnes bienveillantes avec lesquelles j’ai noué une amitié forte, j’ai fait connaissance avec des cousins éloignés qui comme moi cherchent leurs racines, j’ai appris à connaître et à aimer l’Alsace et son histoire… 

J’ai aussi découvert le monde de la généalogie : les salles d’archives, les blogueurs passionnés, le côté addictif des recherches jamais achevées. J’ai été accueillie au Cercle Généalogique d’Alsace, association dans laquelle je suis désormais très investie (j’anime le blog « Généalogie Alsace »).

Mon écriture a été largement guidée par les douleurs que la fibromyalgie m’inflige. Certains verront d’ailleurs des styles d’écriture très différents selon les jours où je suis bien portante (donc capable d’analyse rigoureuse) et ceux où les douleurs trop intenses génèrent des phrases plus vives et spontanées. Je considère désormais que la douleur a joué un rôle de démarreur autant que ma soif de connaître Jeanne. 

J’ai appris à mieux me connaître, à m’écouter, à respecter le rythme que la maladie m’impose. Sur de nombreux plans, je suis en bonne voie d’apaisement ! Je trouve fabuleux de constater la richesse immense des ressources que chacun de nous a en soi : j’espère de tout cœur que mon livre aidera chacun à évoluer vers l’optimisme et l’espérance.

 

Et maintenant le "Jeanne l'Alsacienne" test, à compléter selon ton inspiration : 

J comme...      Joséphine (le troisième prénom de Jeanne)

E comme...     Enfance (celle de Jeanne n’a pas été très gaie)

A comme...     Alsace (évidemment)

N comme...     Naissance allemande (à Colmar en 1880)

N comme...     Ne pas en parler

E comme...     Empreinte, expérience, élan

 

L' comme...     Laure, Louis (7ème génération)

A comme...     Ancêtres

L comme...     Libération, laver à grande eau

S comme...      Source de Soultzmatt (dans le Haut-Rhin)

A comme...     À la claire fontaine, ou Ah vous dirai-je maman ?

C comme...     Choléra, culpabilité

I comme...      Incendie

E comme...     Emmanuel (mon père) et Élisabeth (ma mère)

N comme...     Nessel (le nom de l’ancêtre et de la source, ortie en allemand)

N comme...     Naturellement pétillante

E comme...     Éclabousse, espérance

 

Souhaites-tu ajouter quelque chose ?

Merci Stéphanie pour notre rencontre et pour ta joie de vivre communicative !

À tous tes lecteurs : lancez-vous dans la généalogie : ce n’est jamais du temps perdu…

Et surtout écrivez-moi vos avis après avoir lu « Jeanne l’Alsacienne » !

 


 Pour en savoir plus : 


Le livre est disponible sur : Fnac, Decitre, Amazon

Et Librinova : https://www.librinova.com/librairie/laure-mestre/jeanne-l-alsacienne-1


On peut aussi le commander chez son libraire : à Pariset en région parisienne : https://www.parislibrairies.fr/livre/9791040504924-jeanne-l-alsacienne-recit-trangenerationnel-mestre-laure/

Suivre l’aventure en images sur Instagram @jeannelalsacienne : https://www.instagram.com/jeannelalsacienne/

Mon site internet professionnel « À tous les étages » : https://www.decoatouslesetages.fr

L’article « La déco pour les aveugles » sur mon blog de décoration : https://www.decoatouslesetages.fr/2016/05/09/la-deco-pour-les-aveugles/



***

Chère Laure,

Je te remercie beaucoup pour ce témoignage si riche que tu partages avec nous ! 

Je te souhaite que l'histoire de Jeanne l'Alsacienne, œuvre, pour nourrir et inspirer celles de nombreux lecteurs qui la découvriront et que cette aventure littéraire que tu nous présente donne envie à d'autres de prendre la plume à leur tour !

jeudi 5 mai 2022

samedi 30 avril 2022

Jeudi 26 mai à Paris : Un voyage créatif se reconnecter à soi

Aucun commentaire :


Nous vous invitons le jeudi 26 mai à prendre du temps pour vous reconnecter à quelqu'un de très important : vous ! 

Ce "Voyage au pays des Sens" sera animé avec Myriam Bailly qui nous fera découvrir le pouvoir des senteurs. 

Cette aventure créative et régénératrice aura lieu à Paris à L'atelier Essenza de 14h à 16h.

Renseignements et inscription : 0665476135 ou 0768268612  voyageaupaysdubienetre@gmail.com


lundi 25 avril 2022

Citation du jour

2 commentaires :

" Je préfère qu'on m'aime 

mais si on ne m'aime pas je ne suis pas responsable"



Artiste : Hokiss


merci à toi qui m'a partagé cette phrase 💗

vendredi 22 avril 2022

Un article très complet et instructif sur "L'impact des secrets de famille sur les enfants et bénéfices de leur révélation"

Aucun commentaire :
L'auteur, Florence Calicis, psychothérapeute systémicienne, à travers des exemples concrets, et de nombreuses sources théoriques sur le sujet, nous aide à mieux cerner ce qui est en jeu lorsqu'un secret de  "agit" sur une famille.
 
"Ma pratique de psychothérapeute systémicienne m’a amenée à me questionner sur les effets des traumatismes psychiques sur l’entourage de la personne et notamment sur ses enfants
selon que ces traumatismes sont parlés ou tenus secrets.


• Pourquoi les parents dissimulent-ils des événements traumatiques de leur histoire à leurs enfants ?

• Comment les secrets de famille se transmettent-ils d’une génération à l’autre ?

• Quel est leur impact sur les enfants ?

• Faut-il encourager le dévoilement des secrets de famille ?"


Pour tous ceux qui s'intéressent au sujet à titre personnel, qui accompagnent des familles, ou qui souhaitent approfondir leur compréhension de ce mécanisme, cet article vous offrira des pistes de travail intéressantes et documentées.






lundi 11 avril 2022

Interview : Un livre de Claudine Maire pour mobiliser sa force de guérison - DouceDiva de l'Espoir en poche

2 commentaires :
Aujourd'hui je vous invite à rencontrer Claudine Maire qui, à travers son livre, témoigne de son chemin face à la maladie et nous transmet des clés qui lui ont été bénéfiques pour retrouver espoir et mobiliser sa force de guérison. 


Bonjour Claudine, et si nous faisions connaissance ?

Bonjour Stéphanie,

Merci de cette invitation au Pays du Bien-Être. J’en suis honorée.

Je suis maman, mamie, et tellement plus….

De part mon histoire familiale, je suis devenue très jeune, naturellement, une aidante, une oreille attentive et bienveillante, l’épaule sur laquelle on vient poser ses soucis, celle qui réconforte, rassure et redonne sourire et confiance. J’aime à croire que je suis devenue, au fil de ma vie, « semeuse d’Optimisme ».

Il y a 19 ans j’ai rencontré mon conjoint, qui a traversé à mes côtés ce tsunami émotionnel.

J’aime la vie en couleurs. Je sème sur les réseaux à travers mes photos Nature et mes citations la Joie et l’Optimisme pour tenter d’égayer l’âme des Humains.



Comment votre plume vous a-t-elle menée à partager votre chemin de guérison et d’espoir auprès d’autres femmes ?



Dans un premier temps ma plume a été un exutoire. J’ai confié mes ressentis, mes émotions liés à mon parcours du cancer du sein (et un texte résumé sur mes longues années d’une polyarthrite handicapante) sur un blog à travers de petits textes poétiques, pour ancrer mon histoire tel un bateau amarrant au port. J’écrivais au fil de l’eau, à « l’encre de mon cœur ».

Très vite, j’ai commencé à être suivie par des internautes qui se reconnaissaient dans mes écrits (également hors cancer du sein). Cette plume, ce témoignage est devenue, pour elles, pour eux, un apaisement, redonnant confiance en la vie. 

J’ai continué à écrire ponctuellement des poèmes plein de vie, de sourire, de fraicheur. Je devenais un soutien en échangeant avec mes lectrices, lecteurs, des liens se sont même tissés entre nous. Il y a eu de belles rencontres. Nous gardons encore aujourd’hui le contact sur les réseaux. Une amie m’a confié, pour partage, un de ses textes personnels au fil de mes pages. Pour sublimer mes mots, mon ami le peintre Amarely a imaginé et créé la peinture représentant l’histoire de DouceDiva, qui est devenue la couverture de mon ouvrage. Un merveilleux cadeau. L’idée du livre m’est venue rapidement, mais sa « conception » fut longue. Etonnamment sa naissance est arrivée au moment où les dernières chirurgies réparatrices naturelles se terminaient, 16 ans après la terrible nouvelle.





Pour vous l’Espoir c’est…


L’Espoir, seulement 6 lettres pour exprimer tant de possibilités.

Croire « en un meilleur », imaginer que tout est possible lorsque les dés sont déjà jetés, lorsque le diagnostic est posé. Croire en soi. C’est peut-être avoir confiance en l’impossible. Il permet de développer une force insoupçonnée, de découvrir des ressources enfouies.

Dans mon histoire du cancer du sein la «source» a été l’Amour, il a renforcé l’Espoir d’une guérison, j’ai mis tout en œuvre pour gagner.

Comme tous sentiments, seuls les mots peuvent transmettre son énergie, sa rencontre dans l’expérience vécue permet de le connaître, de le ressentir, de l’appliquer et de constater ses résultats.

J’ai grandi dans une famille où la « souffrance visuelle », une « bataille » sans tristesse, ni apitoiement, liée à une maladie handicapante de notre mère, étaient notre quotidien, l’Espoir, un « leitmotiv » ambiant de chaque jour. J’y étais déjà sensible, en spectatrice.




Pouvez-vous nous parler de DouceDiva ? Qu’incarne t-elle ? Comment s’y relier ?



DouceDiva est une Femme douce, sensible, bienveillante, inspirante, optimiste, forte, déterminée, aimant la vie, gardant confiance en l’humanité.

Elle est une « amazone pacifique», une »guerrière » ayant pour alliée son ennemie pour gagner le combat. Elle a ainsi découvert à posteriori qu’elle avait transformé l’épreuve en expérience. Cette « guerre »courte, dévastatrice l’a féminisée.

Elle est, avant tout, un messager, une ambassadrice de l’Espoir, de l’Optimisme, de l’Amour.

Partir à la rencontre de DouceDiva au fil des pages de son livre et s’imprégner de ses messages, c’est déjà s’y relier.

Elle vous attend ici, ou ailleurs, au gré du vent et du temps pour échanger autour d’un café ou d’un thé et vous transmettre l’énergie de la vie.




Quels conseils donneriez-vous à ceux qui luttent contre la maladie et qui sont à bout de souffle ? Et à leur entourage ?


J’ai constaté durant l’expérience de ma vie (polyarthrite handicapante et cancer du sein) que les maladies sont des temps de repos, des moments d’écoute de notre corps, des moments pour prendre soin de soi, des moments de questionnements aussi.

Un conseil : accepter la maladie dans son corps, dans sa vie. Ne pas imaginer le pire des scénarios même si les spécialisent le disent. Qui a une boule de cristal ? Et si…. ?

Trouver la force en soi, croire en ses possibles malgré les situations, opter pour un état d’esprit optimiste.

Voici, quelques clés issues de mon « apprentissage », en plus des soins médicaux ou des opérations :

- ne pas bloquer ses émotions, pleurer, crier, évacuer…ou exprimer les douleurs physiques et morales grâce à la créativité

- pratiquer des exercices de « cohérence cardiaque »

- méditer

- se connecter à la nature, aux couleurs et beautés du monde c’est un fil conducteur pour sortir du noir et retrouver la lumière sur le chemin de la Santé

- se faire accompagner. Trouver les thérapies complémentaires adaptées à ses besoins.

- là où l’on pose l’intention, l’énergie vibre. Ici, il s’agit de la guérison. Imaginez-la, ressentez-la, répétez l’exercice afin quel le résultat se matérialise dans le monde de la « matière » sur terre. Seule l’expérience vous le prouvera, c’est un beau défi.

- rester connecter à l’Amour dans le grand sens du terme, à l’Amour pour Soi aussi, il est la plus grande énergie de l’univers, celui qui guérit tout.


Ce ne sont que quelques exemples, il n’y a pas de mode d’emploi, c’est un chemin personnel, à « confectionner » sur mesure.

Pour les conjoints à mes yeux :

Le cancer du sein touche le couple, la sensualité, la sexualité. Chaque conjoint réagit différemment selon son histoire.

Certains, par peur ou ignorance ont besoin de patience pour appréhender les situations. C’est tout à fait compréhensible, il n’y a pas de culpabilité à ressentir.

D’autres sont très présents, attentionnés, aux petits soins, ils et elles sont dévoués, mais sont souvent « oubliés ». Voir souffrir au jour le jour une personne que l’on aime peut apporter stress et fatigue à long terme, avoir des conséquences sans que l’on s’en rende compte. La vie de tous en est bouleversée, chacun essaie de trouver son équilibre.

Être attentif à eux aussi.


Je profite de cette interview pour remercier toutes celles et ceux qui ont partagé de douloureuses périodes aux côtés des malades et qui sont restés pour continuer leur chemin ensemble.

Une histoire que tu ne veux pas entendre

3 commentaires :

 Il existe une histoire

Une de celles que tu ne veux pas croire


Il existe une histoire

Celle qui brise tous les miroirs

C'est l'histoire de notre famille

C'est qui aujourd'hui dans mes mains fourmille

vendredi 1 avril 2022

La blessure

Aucun commentaire :


C'est comme une flèche qui nous prend par surprise et s'infiltre dans notre être. Au début on se dit que ce n'est pas grave, que l'autre n'a pas voulu nous blesser et petit à petit la flèche s'enfonce dans notre être.

Elle a réveillé un point sensible qui n'attendait qu'un petit coup de pouce pour crier sa douleur enfouie.

Tour à tour nous sommes celui qui est blessé ou celui qui blesse. Souvent involontairement par une attitude, un geste, un mot, une action, que nous avons fait ou encore tous ces actes que nous n'avons pas fait ou pas réalisé de la bonne façon au yeux de l'autre.

mardi 29 mars 2022

Partage de ressources et articles sur le transgénérationnel

Aucun commentaire :

Vous trouverez ici une compilation d'articles, vidéos, ou citations en lien avec le transgénérationnel, glanés ici ou là, ou écrits, en fonction de mes découvertes. Vos ajouts, témoignages, et questions sont les bienvenus pour nourrir ensemble des ressources sur ces thèmes si riches.


DECOUVRIR LE TRANSGENERATIONNEL



Mémoires des Arbres, l'association des professionnels du transgénérationnel










CHAMANE

Les mémoires archaïques et les liens transgénérationnels












mercredi 2 mars 2022

Si j'étais une maison...

Aucun commentaire :

 Les "si" nous ouvrent des chemins à la fois familiers et nouveaux et nous offrent un miroir de notre être à un moment donné. Ce jeu du portrait chinois "si j'étais" peut se décliner à l'infini.

Je vous partage celui qui nous a été proposé ce soir dans notre atelier d'écriture : 

"Si j'étais une maison... "

à compléter selon votre cœur et votre imagination.

Si vous voulez découvrir le mien, il se trouve après cette ligne !

samedi 26 février 2022

Le témoignage de Danielle Dubois, guérisseuse

Aucun commentaire :
Il y a quelques temps, j'ai lu le livre de Danielle Dubois, qui partage son parcours qui l'a menée à devenir guérisseuse après un appel reçu dans une église. Elle nous y explique aussi son approche pour soigner celles et ceux qui viennent à elle. Je suis toujours très intéressée par ces parcours de vie de ceux qui œuvrent pour le bien des autres à partir de dimensions invisibles pour le commun d'entre nous.

Aujourd'hui, je vous propose d'écouter son interview audio parue sur BTLV : https://www.btlv.fr/eveil-en-aparte-guerisseuse-malgre-elle-avec-danielle-dubois.html


Merci à Annick pour la découverte !


vendredi 25 février 2022

Comment garder le cœur ouvert ?

Aucun commentaire :

Vous est-il déjà arrivé de vous demander qui est la personne que vous êtes devenue ? Qui est la personne que l'autre est devenue ?

Comment garder le cœur ouvert et l'esprit ouvert et sentir que nous sommes toujours fidèle à nous-même ?

Comment accepter d'évoluer et que les autres évoluent également ? 

Qu'est-ce qui nous unit encore à eux ? Qu'est-ce qui les unit encore à nous ?

Qu'est-ce qui nous unit encore à notre moi profond ?

Comment avancer dans la vie, évoluer, nourrir les liens, laisser partir d'autres liens, créer de nouveaux liens?

Trop de questions me direz-vous ! Et vous avez bien raison ;)

mardi 22 février 2022

Café partage le 10 mars sur l'Analyse Transgénérationnelle à Paris

Aucun commentaire :

Vous vous intéressez à votre histoire familiale ? Vous voulez comprendre les impacts d'un secret de famille sur le clan? Vous voulez mieux comprendre la dynamique à l'œuvre dans votre arbre généalogique? Retrouvez-nous le 10 mars pour un Café Partage autour de l'Analyse Transgénérationnelle. Ce sera l'occasion d'explorer ensemble ces sujets et de vous orienter vers des lectures et des ressources de qualité pour avancer dans votre quête.

J'aurai le plaisir de mettre au service du groupe les enseignements ma formation de 10 jours à l'Analyse Transgénérationnelle  que je viens de suivre avec l'école Geneapsy.

Pour participer à cette rencontre qui aura lieu à Paris au Grenier Magique (métro temple), un petit message au 07 68 26 86 12 vous donnera toutes les informations dont vous aurez besoin !


Pour ce café, le grenier magique accueillera 5 participants dans son cadre chaleureux.

Au plaisir de vous y rencontrer le 10 mars !


samedi 19 février 2022

Avec amour et humour

Aucun commentaire :

Le travail mené lors de notre formation en analyse transgénérationnelle durant 5 week-end nous a mené à définir et redéfinir notre quête. Après plusieurs reformulations, celle qui me parle le plus est celle que je retrouve sur mon post-it en rangeant les nombreuses notes prises durant ces 10 jours.

Je la partage avec vous aussi pour m'en souvenir les jours de doutes : 

Mettre ma créativité au service de mon évolution et de celles des autres, avec amour et humour




mardi 15 février 2022

Garder le cap

Aucun commentaire :

 


Comment garder le cap face aux événements difficiles qui surviennent sans crier gare ? Quand nos proches vivent des événements qui les mettent à terre, comment leur donner confiance ? Comment leur rappeler que c'est une vague difficile à traverser et qu'un jour, les choses auront une autre saveur ?

Quand la vague est là, monstrueuse, noire, qu'elle emporte tout sur son passage, on ne peut qu'être au côté de ceux qui souffrent et juste vivre cette vague le mieux possible. Il n'y a rien d'autre à faire que de traverser jour après jour le tumulte de cette eau qui nous submerge.

Un jour après l'autre.

Un lever de soleil après l'autre.

Se faire aider par des personnes dont c'est le métier.

Choisir l'oreille qui pourra nous entendre et nous permettre de nous accrocher à cette présence bienveillante, celle qui nous maintient sur la route, encore quelques pas de plus.

Et un beau jour, sans crier gare, le soleil est là, vibrant, éclatant, et quelque chose a changé. La vie a œuvré. Quelque chose s'est transformé et la vague est passée.

A toi qui est au creux de la vague et qui lit ceci, je t'envoie un message d'espoir. Sache que quoi que tu vives aujourd'hui, les choses vont changer, bouger, et un jour, éventuellement, ta douleur ultime pourra à nouveau cohabiter avec quelque chose de bon, de simple, qui te raccroche à la vie, à l'envie.






Dépression : le mal invisible qui nous invite à nous prendre par la main

Aucun commentaire :

source photo : ici

Qu'est-ce qui t'arrives ? 

Pourquoi vas-tu si mal alors que tu as tout pour être heureuse ? 

Allez on y va, on se bouge et tu verras ça ira mieux. 

Arrête de te prendre la tête pour des conneries !

Fais du sport

Regarde, ça c'est des vrais problèmes..


Le mal-être psychique laisse ceux qui nous entourent souvent désarmés, impuissants face à notre souffrance qu'ils ne comprennent pas et face à laquelle tout semble vain. Notre état les affecte directement et vivre avec quelqu'un qui a des hauts et des bas est une épreuve silencieuse qui mine le moral par ricochet.

Comment venir en aide à quelqu'un qui souffre intérieurement ? Comment ne pas se laisser contaminer par le mal-être de l'autre ? Comment maintenir une relation saine alors que le mal être cristallise toutes les tensions latentes ?

Pourquoi l'autre va si mal ? Comment ne pas lui en vouloir de sombrer soudainement dans des états de tristesse profonde alors que quelques jours avant il explosait d'enthousiasme ?

La dépression, le mal-être, impliquent tout le système et apprendre à passer les creux de vague devient une compétence vitale pour les familles qui sont touchées.

Pour celui qui souffre au fond de lui même, son mal-être est un combat sans fin, une faille qui ne demande qu'à resurgir au moindre déséquilibre. Quelles que soient les actions menées pour aller mieux, le monstre est là, tapi dans l'ombre, prêt à sortir de sa grotte et à engloutir la moindre parcelle de joie, de vie et d'espoir.

Et, ce n'est pas faute de tout mettre en œuvre pour aller mieux et mener sa barque à bon port en évitant les rochers pointus qui risqueraient de tout mettre en péril.

Entamer un travail thérapeutique

Travailler son mode relationnel et s'éloigner des relations toxiques

Nourrir sa joie

Marcher en plein air

Se former à de nouvelles choses

Nourrir sa curiosité

Ecrire

Prendre un traitement

Entamer un autre travail thérapeutique


Celui qui souffre est un combattant de première classe, un guerrier qui mobilise toute son énergie pour aller mieux, sortir la tête de l'eau et veiller à ne pas faire plonger les autres autour de lui dans les eaux sombres et visqueuses de la tristesse et du vide abyssal.

Il souffre du regard de ceux qui le voient comme quelqu'un de faible et qui se laisse aller alors qu'il met tout en son pouvoir pour garder le cap.

Celui qui souffre doit apprendre à se prendre par la main, très gentiment, à s'occuper de lui avec attention et délicatesse et à se nourrir de choses simples qui lui font du bien.

Celui qui souffre doit apprendre à respirer, marcher, être là tout simplement et trouver des points d'ancrage qui vont l'aider à sortir la tête de l'eau plus facilement.

Celui qui souffre doit accepter qu'il va souffrir encore et que ce n'est pas une fatalité. Il doit faire le deuil de la guérison magique et comprendre qu'il est fait ainsi.

Car celui qui souffre est aussi celui qui vit, qui vibre, qui aime, qui danse, qui chante, qui rêve avec une intensité si forte qu'elle entraine tous ceux qui sont à ses côtés. C'est un être qui agit, innove, crée, s'adapte, un être en pleine mutation qui explore à sa façon ce que la vie a de meilleur à lui offrir.

Celui qui souffre est comme toi, un être avec ses désirs et ses peurs, un être qui veut le meilleur.


Et pour toi qui souffre de le voir souffrir ainsi, le mieux que tu puisse lui offrir est une épaule amie, qui est là sans le juger, juste là pour avoir sa tête posée.

Et un autre jour, ce sera toi qui voudras poser ta tête, sur son épaule à tes côtés, car celui qui souffre est aussi celui qui vit et qui est ton ami. C'est celui qui est là pour toi, et qui peut te réconforter. 

La souffrance et la joie font partie de moi, la souffrance et la joie, font partie de toi, la seule chose qui nous unit est notre souhait de partager, un petit bout de chemin, dans cette vie aujourd'hui.

lundi 14 février 2022

Interview : Reconnectez avec vos ressources créatives en compagnie de Valérie et Carole

Aucun commentaire :

Aujourd'hui nous allons parler de créativité en compagnie de Carole et Valérie qui viennent de prendre la plume pour nous donner guider sur le chemin de nos ressources créatives. Décollage dans 3, 2, 1 secondes !


Bonjour Carole et Valérie, avant de plonger dans l'univers magique de la créativité, parlons un peu de vous ! 


Valérie
: je suis formatrice et enseignante experte en créativité. J’ai notamment vécu au Mexique et aux États- Unis, l’occasion de me réinventer. Ma double expérience en entreprise comme manager en marketing puis en tant qu’artiste plasticienne me permet d’accompagner chacun grâce à une pédagogie créative unique visant à se faire confiance et explorer de nouveaux chemins. 

Carole : coach certifiée et formatrice en créativité, je me suis lancée pour ma part dans l’entrepreneuriat aux États-Unis, après 15 ans d’expérience dans le marketing et la communication. Animée par l’envie d’inventer et de partager, j’accompagne aujourd’hui entrepreneurs, managers et équipes sur la voie de la créativité. Je soutiens en particulier l’entrepreneuriat au féminin auprès de Force Femmes. 

Nous nous sommes rencontrées aux États- Unis, où nous avons mené des projets artistiques autour de la photographie et du street art. De retour en France nous nous sommes lancé le défi d’aider nos clients à libérer leur créativité et avons fondé Art for Me en 2016. Notre credo, mixer art et coaching pour révéler les potentiels individuels comme collectifs via des formations, séminaires, conférences… 


Pour vous, que représente la créativité ? En quoi est-ce un thème qui vous tient à cœur ? 

Valérie : la créativité est le fil rouge de mon existence. Cette compétence m’a permis de m’adapter à plein de nouvelles situations comme d’aller vivre à l’étranger et m’a aussi beaucoup appris sur moi-même. Beaucoup de personnes ne se pensent pas créatives et nous avons voulu leur montrer que ce talent sommeille en chacun d’entre nous.

mardi 1 février 2022

Les messages des cartes

Aucun commentaire :

Utilisez-vous parfois des oracles pour guider votre réflexion ? 

Grâce à de nouveaux apprentissages et de belles rencontres, c'est une pratique que je découvre un peu plus et qui m'inspire.

Voici 2 cartes qui sont venues à moi lors d'un tirage jeudi dernier et que je note ici pour m'imprégner des messages : 

La famille


Appuyez-vous sur vos acquis et vous ferez la paix avec votre histoire

(...) Le passé est à remettre à sa place, derrière vous. Les luttes et les reproches ne font que renforcer vos difficultés. Détachez-vous du négatif et ne gardez à l'esprit que ce qui a été bon et constructif pour vous. Toutefois vous pouvez aussi vous servir des difficultés passées pour faire des leviers de réussite, dès maintenant.
Sans en avoir conscience, elles vous ont fait grandir d'une manière ou d'une autre et vous avez survécu à tout ce qui s'est passé (...).


L'action


Soyez prêt à agir concrètement et les difficultés auront tendance à s'évanouir
(...) Agir concrètement dans le sens de ce que vous voulez enracine votre projet dans la matière. Depuis le plan intellectuel, il redescend sur le plan physique, c'est ici que l'alchimie s'opère. Votre volonté est le terreau nécessaire à l'émergence de celui-ci. Elle le nourrit d'une force de conviction qui permet la manifestation (...).




Merci Laura pour le tirage 😊!

mercredi 26 janvier 2022

A la recherche de ses racines : "Wonder Boy" un documentaire qui pose la question universelle : Qui suis-je ?

Aucun commentaire :
Olivier, né sous X part à la recherche de sa mère biologique et nous fait partager sa quête, sous les feux des projecteurs et dans l'intimité de ses moments de solitude...

Au delà de sa célébrité, en tant que directeur artistique de Balmain, cette quête d'Olivier Rousteing est celle d'un enfant qui part à la recherche de ses racines et souhaite comprendre les origines de sa naissance et de son abandon.

A travers le questionnement d'Olivier, ce sont des questions universelles qui sont mises à jour et qui pourront faire écho à nos histoires de vie.

Au nom de qui et de quoi je fais ce que je fais ? 
Qui suis-je ? 
Que s'est-il passé avant ma naissance ? 
Comment venir à bout de mes doutes ?

Le documentaire "Wonder Boy" - Olivier Rousteing, né sous X" intéressera toutes celles et ceux qui sont sensibles à ces questions et qui s'intéressent aux parcours de vie et à leurs moteurs.


vendredi 14 janvier 2022

Les feutres

Aucun commentaire :


Je décide aujourd'hui

D'oublier toutes les gommes


Celles qui rectifient,

Celles qui perfectionnent


Je pose sur le papier

Des mots libres exprimés


J'imprime sur la feuille

La marque de mon orgueil


La couleur me nourrit

La rature me guérit


Et tous ces petits ratés

Sont en fait des escaliers


Qui me guident sur le chantier

De mon être à affirmer







Et si...

Aucun commentaire :

 Et si tout ce qui vous aviez vécu jusqu'à présent vous préparait exactement
 à vivre ce que vous avez besoin de vivre aujourd'hui ?



mercredi 12 janvier 2022

Citation : La famille

Aucun commentaire :

 "La famille,
se sont les gens 
qui font l'effort d'être là pour vous"


Citation issue du Documentaire "On se (re)trouvera diffusé sur Netflix


3 jeunes filles adoptées par des familles différentes aux États-Unis apprennent qu'elles sont cousines. Elles partent à la recherche de leur parents biologiques et retournent dans leurs orphelinats en Chine. Un voyage initiatique émouvant à la recherche de soi-même et de ce qui constitue notre identité et notre famille.

mercredi 5 janvier 2022

La force

Aucun commentaire :
Ce qui se cache sous la surface peut se révéler être une rencontre incroyable avec ce qui nous fait le plus peur et qui est aussi un réservoir de vie inestimable


Source image : merci à Andrée M. pour la découverte

Pour recevoir les prochains articles du blog :

Recevoir les nouveaux articles par mail :