Mon nouveau rapport à mon cycle menstruel



Pendant longtemps, j’ai plus subi que vécu mon cycle menstruel. Dans subi, j’entends que c’était une période pas très agréable, parfois douloureuse, souvent enquiquinante, une semaine qui revenait chaque mois et que j’étais toujours contente de voir passer. Au fil des années j’étais capable de reconnaître les signes qui annonçaient la venue de mes règles mais je ne m’y attardais jamais. Des douleurs, une humeur massacrante, des boutons sur le visage et un moral dans les chaussettes. C’était comme ça. D’autres femmes avaient vécu ça avant moi. Ca allait passer, comme le reste.

Il y a quelques mois, au fil de mes lectures ou de discussions entre amies, j’ai eu envie de m’intéresser davantage à mon cycle. Tout d’abord parce que j’avais de plus en plus de mal à gérer mon épuisement et que ça devenait compliqué au quotidien. Et puis dans un souci de me reconnecter à ma féminité.

Dans un premier temps, j’ai étudié (et étudie encore) le lien entre le cycle lunaire et mon cycle intime. J’ai appris énormément de choses sur la façon dont la lune influence nos états d’âme, notre humeur, l’énergie de notre corps. J’ai presque envie de dire que c’est une révolution. Et j’étais sceptique à l’origine ! J’ai appris par exemple que la position de la lune avait une incidence sur la manière dont nous percevions les choses, qu’elle influençait énormément notre état d’esprit. La nouvelle lune est l’occasion de semez de nouvelles graines, de poser de nouvelles intentions. Alors que la pleine lune nous invite à la récolte, à faire un bilan. 

Puis, j’ai lu des articles sur la meilleure façon  de bien vivre son cycle. Faire attention à son alimentation, privilégier quelques exercices de yoga, se faire du bien, ralentir. Le cycle menstruel a longtemps (et l’est encore aujourd’hui dans certains pays ou certaines communautés) été considéré comme un cycle sacré. La nature nous offre en effet la chance de nettoyer notre corps. Apprendre à honorer son cycle, c’est honorer sa vie de femme, son corps, son énergie. Dans notre société, nous avons tendance à passer cela sous silence, comme si c’était tabou. Alors même que je pense que c’est en intégrant pleinement cette part de nous-mêmes que nous pourrons révéler notre vrai potentiel et rayonner.

Enfin, depuis hier je teste la mooncup, une occasion supplémentaire d’envisager mon cycle différemment et une autre façon d’appréhender mon rapport avec mon corps.

Et vous, çà vous parle ? Comment vivez-vous votre cycle menstruel, comme une contrainte ou un moment merveilleux de connexion à soi et à la terre ?

Articles conseillés
Sur le site Orelie

4 commentaires :

  1. Je le subis également... mais j'utilise la cup depuis plusieurs années et je trouve cela hyper confortable...
    J'ai arrêté la prise d'hormones et cela m'a changé la vie...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que nous sommes de plus en plus nombreuses à approcher cet aspect de notre vie différemment Cécile. Moins je la subis, plus je la vis sereinement. C'est toute une démarche vers un mieux être et une acceptation de ma féminité.

      Supprimer
  2. C'est vrai que dans la culture occidentale les règles ne sont pas "valorisées", ni leur signification à un plus grand niveau, ni le côté symbolique, peu mis en avant. Merci pour le partage Marie et les articles en lien.
    Bon week-end à toutes les deux :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas du tout en effet et je trouve cela dommage. On a tendance encore à banaliser cette période en oubliant son caractère sacré et source de vie au final. Quand je vois des personnes autour de moi heureuses de ne plus avoir leurs règles ou prenant des médicaments pour ne plus les avoir - ça m'inquiète!
      Merci et belle journée.

      Supprimer

Merci pour votre commentaire qui enrichit notre voyage au pays du bien-être !