S’aimer, un acte d’amour envers Soi et le Monde

3 commentaires :


S’aimer, un long processus parsemé de victoires, que nous oublions parfois, mais qui sont autant de pierres sur le chemin qui nous donnent de voir d’où l’on vient, où l’on va.

S’aimer soi-même, mon mot pour 2014. Ou plutôt l’enclenchement d’un processus. S’aimer et vibrer de cet amour. Ne plus chercher l’amour ailleurs, le trouver en soi. Savoir que nous sommes cette source inépuisable d’amour, que l’autre n’est pas là pour nous en donner, mais bien pour partager l’amour qu’elle / lui aussi ressent pour lui-même, pour le monde.
S’aimer inconditionnellement.

S’aimer, s’apprécier, oser le dire, oser s’aimer.



S’aimer et intégrer que nous sommes un centre divin, un centre porteur d’amour, que nous sommes le cœur de tout changement. Dans nos relations aux autres, nous éprouvons tantôt joie, tantôt chagrin, tantôt paix, tantôt colère. Les émotions positives nous poussent vers l’avant. Les émotions négatives nous font perdre l’équilibre. Quand la haine, l’indifférence ou la peine l’emportent, nous perdons le contact avec nous-mêmes. Nous perdons pied. Nous ne sommes plus si solides et souvent nous accusons les autres de notre mal être, attendons des autres qu’ils comblent le ou les vides en nous.

Et si nous étions les seuls responsables de nos vies, des personnes qui la traversent, des épisodes que nous vivons, des actes que nous posons. Si nous arrêtions de chercher des coupables et acceptions que nous avons le pouvoir de changer les choses, les évènements de nos vies.

Et s’il suffisait de s’aimer et de changer le cours de nos pensées.

S’aimer c’est se recentrer sur soi et intégrer que tout changement dans le temps passe par ce que nous décidons d’être à un instant T. Nous pouvons nous créer et nous recréer chaque jour que Dieu fait. Penser à soi – Prendre soin de soi est un acte d’amour envers soi-même et envers l’autre. 

Car le jour où l’on s’aime entièrement et profondément, notre relation au monde, aux autres, change. Et la vie devient plus douce et plus légère.

S’aimer, un travail de chaque instant mais qui vaut de l’or.

L'art des listes de Dominique Loreau

4 commentaires :
Personnellement, si je devais conseiller un auteur aux écrits particulièrement inspirants, je choisirais Dominique Loreau. L'essayiste française s'est établie au Japon dans les années 70. Elle constitue, pour moi, une porte d'entrée vers la culture nippone... Elle fait le lien entre minimalisme, simplicité, zénitude et Occident.  Auteur de plusieurs ouvrages dont L'Art de la Simplicité, elle a écrit l'excellent Art des Listes qui redonne aux listes toutes leurs lettres de noblesse.

A la base, je n'étais pas une grande consommatrice de listes. Tout au plus, je grifonnais une liste pour les courses sur un bout de papier. J'étais loin de me douter de leur réel pouvoir. Pour l'auteur, rédiger des listes s'apparente à tenir un journal intime de façon minimaliste. Elle dégage 4 grands types de listes :
  • Des listes pour simplifier le quotidien qui permettent de s'organiser et de gagner du temps. 
  • Des listes pour apprendre à mieux se connaître afin d'être maître de soi, de donner un sens à sa vie et de devenir acteur de cette dernière. La somme de ces listes constitue ce que vous êtes avec vos contradictions. Ces listes peuvent servir de guide ou de fil conducteur. Elles permettent d'identifier ce que vous aimez et ce que vous n'aimez pas pour vivre pleinement. 
  • Des listes pour prendre soin de soi en se reconnectant à la personne que vous êtes vraiment, avec bienveillance et sans jugement. Ecrire permet alors de faire un travail sur soi pour trouver la paix intérieure, notamment, en comprenant ses émotions. On se dégage du superflu pour ne garder que l'essentiel. Ces listes vous ramènent à la réalité des choses. Elles vous rappellent vos succès et pourquoi vous êtes uniques. 
  • Les listes de "mes 1001 plaisirs" qui vous rend le pouvoir de choisir ce que vous voulez mettre dans votre vie. Les listes de cette catégorie représentent la personne que vous choisissez d'être et constituent un réservoir de bonheur. 
Il est important de bien peser les mots que vous utilisez lorsque vous rédigez une liste. D'abord, plus les termes choisis seront précis et plus vos listes seront efficaces, plus les objectifs à atteindre seront réalisables. Et puis, le mot crée la chose et les nommer est la première étape du changement : ne dites pas "je dois changer" ou "je peux changer" mais je change ! Et cela fera toute la différence !

Citation du jour

1 commentaire :
Prends du temps chaque jour 

pour t’asseoir tranquillement et écouter

source photo : ici
Jack kornfield, Le petit manuel du Bouddha, p.77, 

Et si on apprenait à "s'aimer"!

2 commentaires :
Et si on nous apprenait à nous aimer

Tels que nous sommes

Et si c’était la première chose qu’on devait dire à nos enfants

Avant de les aider à parler, à s’asseoir sur le pot

Et si on apprenait à apprécier l’autre, à lui faire des compliments

Avant de lui lancer des reproches qu’on regrette souvent

Et si la première leçon, c’était « aime-toi », « soit ton meilleur ami »

Autant que possible, dès aujourd’hui 

Le célibat et l'amour

4 commentaires :
Article de Myrtille

Alors non... la thématique abordée ne sera certainement pas celle que vous croyez...

Ce n'est pas un article sur comment trouver l'amour...

Mais plutôt un article qui traite... de quoi faire de l'amour que l'on a en soi quand on est célibataire !!

Faut-il le garder pour soi ? J'ai testé, on est au bord de l'implosion énergétiquement.

Faut-il le garder au chaud pour quand une belle rencontre se présentera ?

Non plus. Car c'est le déferlement qui guette, ce qui est synonyme d'étouffement potentiel pour l'Autre, qui pourra en être effrayé ou dans le meilleur des cas, se sentir redevable. Sauf que lui/elle n'en aura peut-être pas autant sous le coude à offrir. Donc il ne se sentira pas à la hauteur.

Le brancher sur votre/vos enfants ? Bien sûr ! Mais si vous n'en avez pas ?

Alors, quoi faire de cet amour que nous avons en nous ?

Qu’est-ce que le bien-être ?

3 commentaires :
Le concept du bien-être est si complexe qu’il faut deux mots pour le désigner. Nos amis anglo-saxons n’ont pas fait mieux avec le « well being ». Les plus psychanalystes de nos lecteurs n’auront pas manqué de remarquer que  bien-être se dit exactement comme bien naître.

Mais n’allons pas trop vite : d’un côté avons-nous donc la notion de bien, qui est subjective, et la notion d’être, qui est objective. Shakespeare avait d’ailleurs, avec être ou ne pas être, exprimé la dualité parfaite de l’ontologie.

Une fois né, chacun est donc condamné à être, au sens où cette existence n’est pas le fait de son propre choix. Ce vice de consentement primordial peut conduire à ne pas bien être et choisir, ultimement, de n’être plus. Philosophiquement parlant, ce choix est respectable, mais humainement, n’avons-nous pas à rechercher, pour nous et nos proches, d’être bien ?

Le pouvoir d’un « je t’aime »

4 commentaires :


Avant de connaître Louise Hay, je n’avais jamais entendu parler d’affirmations positives (ou si j’en avais entendu parler, mon esprit avait zappé l’idée) et j’étais loin d’imaginer combien nos pensées et émotions impactaient nos quotidiens.

Et puis la vie m’a envoyé un message (vous savez l’univers qui vous parle au moment où vous en avez le plus besoin  et qui vous guide) et j’ai foncé acheter « Heal your Life » (Guérir sa vie). Sans grande conviction avouons-le – les livres qui vendent des solutions « miracle », très peu pour moi.

J’ai d’abord lu le livre d’une traite,  trouvant paix, sérénité et équilibre au fil pages. A la fin, j’avais pris conscience de mon pouvoir créateur. Puis j’ai commencé la pratique des affirmations positives. J’avoue qu’au départ, me lever chaque matin en me disant « je t’aime » face au miroir, m’a paru comme la plus grande pitrerie du siècle. Mais j’ai tenu. Et aujourd’hui je me le dis avec le sourire et en y croyant pleinement. Ce qui est un succès en soi ! 


La pratique des affirmations m’a également permis de prendre conscience de l’importance de s’aimer (à suivre dans un prochain article).

Et vous les affirmations positives, ça vous parle ? Avez-vous déjà essayé de vous dire « je t’aime » ? Qu’avez-vous ressenti ?

Bonheur et Cie : êtes vous réellement prêt ?

Aucun commentaire :
Article de Véronique B.A

Tout le monde aspire au bonheur, au bien-être, à la liberté... Tous ? En êtes-vous si sûr ?

Parmi les personnes que j'accompagne malgré une envie de prendre soin d'elles, d'aller de l'avant et d'aspirer à «plus de», quand elles touchent à des résistances, elles réalisent à quel point finalement elles ont peur.

Face à prendre soin de soi, j'entends très souvent la culpabilité, l'impression de ne pas y avoir droit.

Face à s'autoriser à être libre, la peur de couper les liens avec les autres.

Face au contrôle, la peur de perdre pied.

Et oui, finalement, si je suis pleinement heureux-se, libre, confiant-e, est-ce que je ne risque pas d'être décalé-e par rapport aux autres ? Un peu comme si j'allais les abandonner.

Citation du jour

1 commentaire :

 "Les rêves tiennent leurs promesses dès lors qu'on n'a plus peur"


Merci à Sophie E. qui m'a envoyé cette citation extraite d'un film :)

Peut-on choisir d’être heureux ?

4 commentaires :
Le thème du bien-être invite à répondre à cette question, sous-tendue par les nombreuses injonctions quotidiennes que nous recevons sur ce thème. « Be happy ! » serait donc la quête de notre siècle et, partant, l’incapacité à être heureux deviendrait une inconvenance sociale. « Cela ne se fait pas », en somme.

En plus de leur malaise existentiel, un sentiment de culpabilité se surajoute donc chez ceux qui ont du mal à être « happy ». Ils n’arrivent pas à décider d’être heureux, tout simplement car c’est impossible.

Et pourtant, je vois de nombreux clients qui ont décidé…d’être malheureux. Leurs relations, leur profession, leur famille sont autant de choix qui ne correspondent pas à leur nature profonde. Travailler sur ces aspects en coaching peut donc être douloureux, mais salvateur.

Alors à défaut de choisir d’être heureux, tout au moins pouvons-nous agir pour ne plus être malheureux !

Le pouvoir des questions que nous nous posons : Et si nous formulions nos questions autrement ?

4 commentaires :
Bonjour chers lecteurs,

Samedi soir en parlant avec une amie qui fait une formation au coaching nous avons évoqué le sujet des "questions". L'importance de savoir poser les bonnes questions pour faire avancer l'autre dans sa réflexion.

Quelles sont les questions qui vont générer de l’ouverture ? Permettre à l'autre de voir les choses autrement ? Parfois même déclencher un déclic ?

Sans la nécessité d'avoir en coach en face de soi, nous avons tous des moments où nous nous posons des questions sur nous-même, sur notre vie, sur des choix à faire...

Au fil de mes lectures, j'ai compris que la façon dont nous formulons nos propres questions sur nous-même est très importante notamment à travers le livre "Discover the Gift de Shazen Joy Aziz and Demian Lichtenstein".

La qualité de nos vie est directement liée à la qualité des questions que nous nous posons. Certaines questions vont amplifier le côté négatif de la situation. Par exemple : Pourquoi est-ce que cela m’arrive ? Pourquoi je me sens triste ?

Alors que des questions comme "Comme puis-je activer mon potentiel ? Comment puis-je partager mes talents ? vont nous amener vers des chemins tout à fait différents et ouvrir des possibilités.

Livre : Le test, une expérience inouïe : la preuve de l'après-vie ? de Stéphane Allix

Aucun commentaire :
Bonjour chers lecteurs,

J'espère que vous êtes bien réveillés car voici deux questions un peu trop directes si vous sortez tout juste de votre lit...

Vous demandez-vous parfois quel est le sens de la vie ? Y-a-t-il une vie après la mort ? Quelles sont vos convictions en la matière ? C'est un sujet très personnel et chacun possède sa vision des choses.

Ma kiné avec qui nous aimons beaucoup nous prêter des livres et partager nos impressions, vient de me passer hier cet ouvrage du journaliste Stéphane Allix :Le test, une expérience inouïe : La preuve de l'après vie ?

Dans ce livre, l'auteur, au décès de son père va tenter une expérience. Il a placé dans son cercueil des objets et n'en a parlé à personne. Un an et demi plus tard, il va rencontrer 6 médiums qui communiquent avec les défunts. Découvriront-ils de quels objets il s'agit ? C'est le test...

Citation du jour

Aucun commentaire :
Trouvons ce qui nous attire le plus dans la vie et consacrons-nous-y. 

Que cette chose unique fasse tellement partie de nous 

qu'elle nous soit aussi naturelle que de respirer; aussi naturelle qu'à l'abeille de récolter le miel 

ou qu'à l'arbre de se dépouiller de ses anciennes feuilles à l'automne 

et d'en revêtir de nouvelles au printemps. 


Lorsque nous observons la nature, 

nous constatons que chaque créature, chaque oiseau, 

chaque arbre et chaque fleur a son propre rôle, une fonction bien déterminée et spécifique,

qui leur vaut de participer à l'enrichissement de l'univers tout entier.




Source photo : ici


Edward Bach, Libère-toi, p.48