vendredi 27 décembre 2019

Livre : Le syndrome du gisant, un subtil enfant de remplacement - Dr Salomon Sellam

Depuis plusieurs années je m'intéresse à la façon dont l'histoire de notre famille, connue ou non connue, peut nous impacter dans notre vie présente.

Ceci m'a amenée à m'intéresser à la psychogénéalogie, cette approche qui utilise l'arbre généalogique comme un support de travail thérapeutique pour se libérer de loyautés familiales que l'on peut porter à son insu.

En parlant de ce sujet avec une amie, elle m'a recommandé la lecture "du syndrome du gisant" du Dr Salomon Sellam et je l'en remercie sincèrement.

J'ai dévoré l'ouvrage en quelques jours. L'auteur, explique comment certains deuils ne peuvent pas être faits par la famille. Par exemple quand il s'agit de morts qui touchent des enfants, des accidents violents ou des suicides.

Dans ces cas-là, le processus de deuil ne peut se faire car la mort du défunt ne peut être justifiée, accepté.

Il existe alors une dynamique de réparation inconsciente qui peut se mettre alors en place pour que ce mort, dont le deuil n'a pas pu être fait, soit encore présent au sein de la famille.

Cela peut se traduire de plusieurs façons pour les vivants ou leurs descendants qui porteront en eux la mémoire de cette mort inconcevable. Redonner le nom du défunt aux enfants suivants, porter un mal-être en soi sans le comprendre, développer des maladies invalidantes comme la sclérose en plaque....

Pour toutes celles et ceux qui ont dans leur famille des drames non digérables et qui ont le sentiment de ne pas vivre leur vie, je vous recommande la lecture de ce livre qui est très éclairant.

Il donne par ailleurs des pistes très concrètes pour étudier son arbre généalogique et repérer des dates qui indiqueraient que le défunt dont le deuil n'a pas été fait est toujours présent dans la dynamique famille.

L'auteur, à travers de nombreux exemples, nous montrent comment l'inconscient familial est à l'oeuvre pour réparer avec une précision incroyable les blessures qui n'ont pu être refermées.

Nous pouvons porter la mémoire d'un ou plusieurs défunts et avoir le sentiment de ne pas vivre notre vie, d'être en permanence freiné.

Parfois, la simple prise de conscience de ce schéma familial à travers l'étude des dates de naissances de nos proches et de nos aïeux permet de se libérer de ces chaînes invisibles mais bien présentes.

Dans d'autres cas, des actes de réparation symboliques pourront être nécessaires pour permettre de faire le deuil en bonne et due forme.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Merci pour votre commentaire qui enrichit notre voyage au pays du bien-être !

Pour recevoir les prochains articles du blog :

Recevoir les nouveaux articles par mail :