Chacun son histoire




Au cours d’une vie, chacun se trouve confronté à des départs, des deuils, des chagrins, des difficultés. J’ai envie de dire que c’est notre lot à tous. 
La manière dont nous réagissons à ces évènements dépend de notre ressenti, de notre histoire, de notre sensibilité. 

Ceux qui nous entourent ne sont pas là pour porter le poids de toutes ces émotions qui grandissent en nous. Ils ne peuvent pas alléger la charge ni guérir à notre place. Ils peuvent au contraire être des épaules solides pour nous soutenir dans l’épreuve.

Pendant longtemps j’ai fait le choix inconscient de prendre la souffrance de l’autre. Cela me donnait l’impression de l’aider. C’était improductif : sa charge ne baissait pas et la mienne augmentait.
Un jour une personne m’a dit « ce n’est pas ton histoire ». J’ai d’abord trouvé ça difficile à entendre. Puis j’ai fini par comprendre.

Aujourd’hui je ne me vide plus pour donner et me sens plus à même d’être pleinement là pour les autres.  Chacun son histoire. Chacun son parcours de vie. Nous ne sommes ni magiciens ni prestidigitateurs. Nous pouvons juste être là – et c’est déjà beaucoup. 

Certains penseront que cette manière de penser est un brin égoïste. Il n’en est rien. C’est accepter nos limites, accepter notre humanité et faire à l’autre un beau cadeau, celui de la confiance – savoir que chacun peut s’accomplir et dépasser tout ce qui l’empêche un temps d’avancer. 

C’est aussi très libératoire pour soi. Parce nous aussi nous avons nos problèmes à gérer, nous aussi nous avons de l’importance. A force de se concentrer sur les malheurs des autres, on l’oublie trop souvent. On s’oublie trop souvent. 

 
Chacun son histoire.
Et vous qu’en pensez-vous ?

2 commentaires :

  1. Tes mots sonnent en moi... je parie que tu n'es pas étonnée ;)
    Effectivement, parfois, les autres peuvent penser que c'est une attitude égoïste... personnellement, je comprends que c'est une question de survie aussi... Belle journée Marie

    RépondreSupprimer
  2. C'est vraiment un point essentiel. Comment être proche de ceux que l'on aime sans pour autant porter leurs "valises"? D'autant que parfois nos valises et les leurs sont imbriquées et que c'est une histoire commune qui nous (re)lie, notamment au sein d'une famille.
    Et même sans faire partie de la même famille, certaines histoires de nos amis résonnent si fort en nous qu'il est difficile de prendre de la distance.
    Merci Marie pour ton article qui met des mots sur ce thème clé et qui nous rappelle l'importance de prendre et garder sa propre place et de se libérer de ce qui ne nous appartient pas...

    RépondreSupprimer

Merci pour votre commentaire qui enrichit notre voyage au pays du bien-être !