Dire non, dire oui, comment faire ce que me fait du bien ?

Voici un article que j'ai en tête depuis quelques temps.

Je réalise que j'ai du mal à me détacher de l'idée de "faire plaisir" aux autres et que parfois satisfaire les autres prend le pas sur "me faire plaisir". 

Le sentiment de culpabilité, la peur de décevoir, le sens du devoir, le sentiment d'avoir une certaine dette, me tiraillent au moment de faire certains choix (pourtant anodins en apparence !). Alors qu'au fond de moi si je  m'écoute, je sais de quoi j'ai envie ou ce dont je n'ai pas envie.

Comment assumer ses choix ? Comment ne pas se faire de scénarios imaginaires sur ce que les autres penseraient ? Comment, comme dirait Don Miguel Ruiz l'auteur des 4 accords toltèques, ne pas faire de suppositions ?

Source photo : ici
Car finalement dans ce dialogue intérieur qui se passe dans ma tête au moment de prendre une décision, ce qui est à l'oeuvre ce sont mes propres projections, mes peurs et les proportions que tout cela prend sont en décalage avec la réalité objective.

Est-ce que les autres seraient si déçus si je fais tel ou tel choix ? Et même si c'est le cas, est-ce que me conformer aux souhaits (supposés ou réels) des autres me fera me sentir bien au final ?

D'un côté, un sentiment de culpabilité si je ne fais pas ce que je suppose que les autres attendent de moi, et de l'autre côté, de la frustration si je fais quelque chose qui est à contre courant de ce que je souhaite.

Ohlala, quelle prise de tête ! Franchement pourquoi se compliquer autant la vie !

Ce qui me permet de passer à autre chose, c'est de sortir de mon dialogue solitaire dans ma tête et de parler avec des vraies personnes de ce qui me préoccupe. Mon homme en premier qui étant complètement différent de moi me permet de revenir à l'essentiel et m'aide à me reconnecter à la réalité, mes amies qui me permettent de prendre du recul et de relativiser.

Bon étant qui je suis, et ce maintenant depuis plus de 40 ans, je sais qu'il n'y a pas de baguette magique et que c'est un thème sur lequel je dois travailler, encore. Bon j'ai quand même "progressé" sur le sujet ces derniers temps !

Voilà, c'était la réflexion du jour. Allez un petit café pour démarrer la journée, ma radio préférée qui tourne et c'est reparti pour un tour ;)


3 commentaires :

  1. C'est toute l'histoire de ma vie !

    RépondreSupprimer
  2. Vaste sujet ma belle! J'en sors doucement de cette histoire mais je peux dire que ce n'est pas aisé. J'ai l'impression qu'il faut sans cesse faire des compromis. Je distingue désormais le "faire plaisir" qui ne me dérange pas et ne me rend pas "malheureuse" et le "faire plaisir" qui va complètement à l'encontre de mes propres désirs.
    Comme tu le dis, il faut essayer de ne pas faire de suppositions et accepter aussi que si les autres au final sont vexés, cela ne dépend pas de notre "non" mais bien de la façon dont eux gèrent ce "non" (ce qui les renvoie souvent à leurs propres doutes, peurs, questions, limites).
    On ne vit pas pour les autres...

    RépondreSupprimer
  3. Cécile, je me dis qu'il y a peut-être un club à fonder ! Bon ce qui est bien dans les histoires c'est qu'il peut y avoir des rebondissements inattendus et que tout n'est pas écrit à l'avance ;)

    Marie, cela me parle bien quand tu distingues le faire plaisir qui ne dérange pas, de celui qui va à l'encontre de soi.

    Gros bises à toutes les deux

    RépondreSupprimer

Merci pour votre commentaire qui enrichit notre voyage au pays du bien-être !