Bienvenue

Nous sommes tous des voyageurs sur le chemin de notre vie. En cours de route, chaque expérience nous invite à apprendre toujours et encore. Faisons un bout de chemin ensemble au pays du bien-être...

mardi 15 janvier 2019

La recette de la Tisane mortelle, ou comment se réunir pour parler de la mort de nos êtres chers

Article de CATVIOLETTE

*******

Tisane mortelle Recette :  le 10 JANVIER 2019

"Une tisane mortelle c’est comme un café deuil, on se réunit et on ose aborder le sujet de la mort, de nos morts, de la difficulté et du long travail de deuil. De nos regrets, de nos joies d’avoir pu dire, pu partager, pu être là à temps. De la difficulté de l’après, de devoir ranger les affaires, les donner, les garder, de l’importance d’en parler avant que l’urgence des derniers moments nous submergent." 
     
  • Choisir un magnifique décor : Chez les Collin la Fresse, un décor cocooning, chaleureux, un décor comme hors du temps

  • Rassembler quelques personnes, pas trop qui veulent bien se laisser aborder par le sujet de la mort et du deuil.

  • Faire du co-voiturage et s’élancer sur la route encore toute pleine de neige et les branches des sapins et des grands arbres se baissent sous le poids de la neige pour vous saluer et les phares de la petite auto bleu chaussée de ses bonne bottes d’hiver avancent dans ce décor magique.


Loulou a voulu interdire à sa chérie de partir par ces routes dangereuses mais 4  filles dans une auto bleue c’est la meilleure assurance vie, on se retrouve, on est curieuses de cette nouvelle expérience,  notre chauffeuse roule doucement et comme ça on profite encore plus savoureusement du paysage, tant pis pour ceux qui nous collent aux fesses : ils ont qu’à doubler si ils sont pressés.
    
Nous voilà arrivées à bon port. La porte s’ouvre et nous voilà transportées dans un autre temps, vous savez le temps avant l’Iphone, les mails, le besoin d’être connecté tout le temps….Chez Christiane Collin la Fresse les téléphones ne passent pas et comme ça fait du bien.  

Nous décidons de nous installer autour de la table basse out près de la cheminée qui crépite. Les fauteuils moelleux recouverts de superbes couvertures de l’armée Suisse nous accueillent tout en douceur. 

  
Nous commençons ce repas par un excellent vin de sureau home made bien sûr et quelques petites galettes tartinées de tapenade mascarpone tomates séchées puis de jolis bols arrivent sur la table comme par enchantement et une énorme casserole en fonte noir est posée au centre de la table. 

Dessus continue de clapoter une soupe de plein de légumes coupés en morceaux et pas de banals morceaux mais des étoiles, des cœurs, des sapins de carottes, de navets, de poivrons, de tomates séchées, un festival de couleurs et de beauté.
Je vous laisse deviner le gout subtil et délicat de cette soupe préparée avec un apprenti cuisinier hors pair, son nom ? Amour vous le connaissez ?

Puis viendra un joli plateau de fromage et des petits flans aux fruits au lait d’amande.

Et …. Dans sa jolie tisanière en verre où barbotent des fleurs, des feuilles la fameuse TISANE MORTELLE.

Comme le lendemain de cette soirée magique je suis en train de vous écrire cette tisane n’a rien de mortelle tout au contraire.

Une tisane mortelle c’est comme un café deuil, on se réunit et on ose aborder le sujet de la mort, de nos morts, de la difficulté et du long travail de deuil. De nos regrets, de nos joies d’avoir pu dire, pu partager, pu être là à temps. De la difficulté de l’après, de devoir ranger les affaires, les donner, les garder, de l’importance d’en parler avant que l’urgence des derniers moments nous submergent. 


Qu’est-ce qu’il voulait, être incinéré, être enterré et où ? Et nous si on en parlait avec nos proches pour leur épargner ce grand vide quand un jour dans looooontemps on va mourir. En parler ne fait pas mourir vite au contraire on peut bien continuer de VIVRE sur ses deux oreilles.  Être sûr que, non pas nos volontés, mais juste ce que l’on préférerait sans peser trop lourd sur ceux qui s’occuperont de nous à ce moment-là soit entendu.

Verveine a parlé beaucoup de toutes ses expériences, c’était riche, émouvant, intéressant, pétillant aussi et très beau parfois (le beau c’est quand l’Amour surgit dans un témoignage). Puis Camomille a parlé de ses deux amies très chères parties dernièrement coup sur coup et de l’immense vide qu’elles laissent. Et de la difficulté de réaliser que « à moi aussi ça peut m’arriver ». Et comme c’est dur d’avoir à vider la maison de cette amie « on a l’impression de la piller… ».

Et puis et puis du chat Rouki de son amie, quoi faire, il est habitué à la campagne, alors la voisine qui au début avait dit non, "j’en ai déjà un" en a parlé avec son mari le soir et le lendemain est venue dire que oui ils voulaient bien le prendre. Et Rouki a trouvé une nouvelle ferme et un nouveau copain.

Et nous toutes autour de cette petite table et devant nos tasses de tisane mortelle, on était rudement contentes pour Rouki et pour cette amie décédée qui est j’en suis sûre très ravie de cette solution.


Marjolaine a alors pris la parole pour nous parler de l’échange qu’elle avait enfin eu avec sa maman lorsqu’elle l’a aidée à rédiger ses directives anticipées. Ce que nous devrions tous faire avant qu’il ne soit trop tard. Ce papier que le tristement célèbre Vincent Lambert n’a pas rédigé (bien sûr il n’avait que 28 ans…) ah bon on peut aussi avoir un terrible accident à 28 ans et être incapable d’exprimer ce que l’on veut et surtout ce que l’on ne veut pas. Putain de moto ! Donc Marjolaine à découvert où sa maman voulait que ses cendres soient déposées et ce n’était pas du tout ou Marjolaine pensait. Elles ont rudement bien fait d’avoir cette discussion.

Et là on a bien rigolé parce qu’on a toutes dit avec qui on ne voulait pas être une fois que l’on sera morte.

On peut peut être faire des tombes en coloc entre amis pour continuer de rigoler ensemble avec une petite cave à vin à proximité.

Et Puis Tilleule qui écoutait sagement toutes ces histoires s’est elle aussi mise à parler, du décès de sa grand-mère puis de son papa des années plus tard où elle a rencontré une infirmière très jeune et très extraordinaire qui l’a énormément accompagnée elle, pour que Tilleule puisse encore mieux accompagner son papa. Et elle a même employé le mot beau à un moment donné, vous savez celui qui veut dire Amour. Et quand elle est retournée à l’ephad revoir la petite infirmière et qu’elles ont pleuré dans les bras l’une de l’autre là aussi il y avait plein de BEAU.
Merci jeune infirmière vous avez choisi le juste métier pour vous et pour tous les autres.

Et moi et moi, Violette  j’ai pu témoigner de ce que je vis auprès des personnes et des familles que j’accompagne dans mon bénévolat, des paroles dites lors de nos groupes d’entraide de deuil et que si je n’avais pas perdu mon papa brusquement dans un accident de la route lorsque j’avais 17 ans je ne serais pas bénévole d’accompagnement en soins palliatifs depuis 18 ans. Putain de virage mais tellement riche de toutes ces rencontres authentiques, de tous ces échanges, de tout ce BEAU.

Ps : Les prénoms des personnes présentes ont été changés (sauf la dernière) pour plus de discrétion.
Si vous aussi vous voulez venir partager et écouter du BEAU rendez-vous à la prochaine TISANE MORTELLE peut être en Avril prochain.

Catviolette

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Merci pour votre commentaire qui enrichit notre voyage au pays du bien-être !

Pour recevoir les prochains articles du blog :

Recevoir les nouveaux articles par mail :